Catégorie : <span>Préparation mentale</span>

muscler sa concentration pour gérer la pression

Muscler sa concentration

Muscler sa concentration– En yoga, il existe un principe nommé Dharana qui fait écho à une pratique que j’utilise lors de mes accompagnements : L’attention dirigée. Le mental s’occupe sans cesse avec des pensées aléatoires défavorables au maintien d’une bonne concentration. Effectivement, pour être bien concentré, il faut avoir la capacité de choisir l’objet de sa pensée et de s’y tenir.

Le mental aime bien l’occupation

Et oui, il est naturellement prédisposé aux pensées fluctuantes parce qu’il lui faut de l’activité. Peu importe laquelle. De ce fait, la plupart des idées qui colonisent notre cerveau ne sont pas toutes issues de notre choix. En fait, c’est un peu comme si le cerveau menait une vie indépendante de notre volonté. Il se concentre, sans nous consulter, sur des objets de pensées plus ou moins fixes.

Avez-vous constaté que parfois c’est toujours la même idée qui bute dans l’esprit et d’autres fois ce sont des centaines qui s’enchainent ?

Et en même temps, le cerveau est programmé pour assurer notre survie en flux continu. Nul besoin de penser à respirer, à faire battre notre coeur ou faire circuler notre sang. Par conséquent, les fonctions vitales sont assurées sans que nous ayons à nous concentrer dessus. Heureusement ! Ceci se fait dans le système nerveux involontaire.

Et aussi, à chaque instant, nous devons nous accommoder de pensées plus ou moins accaparantes qui colonisent l’esprit. A croire qu’elles font elles aussi, partie du système involontaire ! Une forme de concentration dans la déconcentration. Vous me suivez ?

C’est la toute la complexité du mental … Si on ne l’occupe pas, il s’occupe tout seul !

Choisir l’objet de concentration

Puisqu’il aime bien être occupé, occupons le intelligemment.

C’est là que le principe yogique “Dharana” prend toute sa valeur pour apprendre à fixer le mental dans une direction précise. Dharana est le sixième membre du yoga en lien avec l’attention du mental.

 

En yoga, on muscle sa concentration pendant la pratique des postures. C’est un excellent moyen pour muscler sa capacité à se concentrer. Pour ce faire, il faut décider de l’objet de concentration, par exemple :

  • Le son de sa respiration
  • La fluctuation de la respiration
  • Un mantra
  • Un extrait de texte philosophique
  • Un point visuel
  • Une divinité
  • etc ..

Puis, l’attention de concentration est ramenée à cet objet le plus souvent possible durant la séance. Chaque fois que le mental s’égare, on le ramène sur l’objet déterminé au départ.

Idéalement, je propose de garder le cap sur l’objet de sa concentration lors des postures d’équilibre. En effet, les mouvements qui engagent la proprioception sont tout appropriés pour favoriser le développement de la concentration.

 

muscler sa concentration en préparation mentale grâce à "Dharana"

 

La concentration, le mental en équilibre

Rien de tel que d’avoir à stabiliser son corps pour stabiliser son mental. Nul besoin d’être un pratiquant actif de yoga pour s’engager dans une posture d’équilibre. Il suffit de se tenir sur une seule jambe et de viser un point au sol ou à l’horizon et d’y porter sa concentration visuelle le plus longuement possible.

Cependant, attention de maintenir cet état de vigilance encore quelques minutes après avoir quitté la posture. Etant donné que le but recherché à moyen terme, c’est de pouvoir se concentrer avec les deux pieds sur terre pendant que vous vous vouez à votre discipline.

Lors d’un accompagnement en préparation mentale, je suis attentive au développement d’une concentration bien musclée. Car en réalité, il faut se concentrer sur son savoir-faire et également sur son savoir-être.


Recherches similaires pour cet article : Comment muscler sa concentration

  • concentration
  • exercices pour se concentrer
  • muscler son mental
  • apprendre à se concentrer
  • Dharana yoga
  • focus mental
  • concentration du musicien
  • concentré sur ses objectifs
avoir-confiance-en-ses-capacites

Avoir confiance en soi et ses capacités

Avoir confiance en soi – La quête tant convoitée des athlètes et des musiciens. J’aimerais aborder un sujet qui a toute son importance pour se sentir plus confiant. La confiance est en lien étroit avec le fait de croire en ses capacités. Pas uniquement, comme en témoignent la plupart de mes articles. Mais se sentir capable est un ingrédient primordial pour contribuer à la confiance en soi.

Faire ou essayer de faire

Lorsqu’on essaie de faire un geste, de jouer avec une nouvelle raquette, de tester un instrument, de visiter un lieu ou de goûter un nouveau met, on essaie quelque chose pour la première fois. On est dans l’inconnu.

Lors d’un essai, la confiance initiale peut fluctuer. Probablement qu’elle sera différente si je tente un saut à l’élastique que si je tente le nouveau restaurant du coin.

Selon le résultat visé, le premier essai est suivi d’un second, puis d’un troisième et ainsi de suite. On fait le choix de recommencer, ou pas, en fonction de son objectif.  Parfois il sera utile de tenter encore, d’autres fois, non.

Quand on multiplie les essais, c’est qu’on connait le bénéfice qu’on obtiendra. Des essais d’ajustements seront effectués pour parfaire l’essai initial.

C’est ainsi que nous avons appris à nous tenir debout lors de la période d’apprentissage de la marche. Combien de fois sommes nous retombés sur nos fessiers avant de faire nos premiers pas ? L’objectif de nous déplacer en toute autonomie a fait son oeuvre : Essayer, tomber, essayer à nouveau, jusqu’à ce que “ça marche” !

Avoir confiance en soi

Une fois que l’enfant a réussi à marcher, il n’essaie plus de marcher, il marche, confiant. Bien souvent, c’est l’adulte qui manque de confiance en observant la maladresse de ces nouveaux pas.

Dans un autre registre,  si vous avez tenté un nouveau restaurant et que vous avez été déçu, probablement que vous n’essaierez pas d’y retourner une seconde fois, à moins d’un changement de propriétaire … Si vous avez essayé un nouvel équipement et qu’il ne vous a pas convenu, là encore, vous ne le testerez pas une seconde fois.

Votre essai vous informe que le résultat obtenu n’est pas concluant, vous ne persévérerez pas dans cette voie.

Avoir confiance en soi et ses capacités. Essayer pour la première fois, essayer encore

N’essaie pas, fais le.

Le premier essai ne dure qu’une fois. Le second essai bénéficie des données récoltées au premier. C’est ainsi que l’apprentissage s’opère et que la confiance en ses capacités se gagne. Mais voilà, bien trop souvent, formuler qu’on va essayer déstabilise la confiance en soi.

En effet, cela induit l’information que “je ne suis pas en capacité de” et l’action produite sera influencée car les comportements sont en lien avec les capacités et les croyances. Lire cet article à propos des niveaux logiques

C’est ainsi que j’ai pu constater, lors de mes observations sur le terrain, que beaucoup de consignes techniques données verbalement sont précédées de : Essaie de…

  • De te tenir droit
  • Continuer ton mouvement vers l’avant après la frappe
  • De fléchir tes jambes
  • Respirer
  • Etc..

Et que lors de mes accompagnements en coaching de performance, de nombreux clients ont pour objectif “d’essayer de faire” quelque chose alors que la capacité de le faire est déjà disponible : Je vais essayer de…

  • Me lever plus tôt
  • De moins m’énerver
  • De méditer cinq minutes chaque jour
  • Manger plus léger
  • Etc…

En effet, essayer de faire l’objectif n’est pas le faire. Bien que la nuance soit subtile, elle est d’importance pour engager la confiance déjà programmée dans les circuits neuronaux. C’est pourquoi je vous invite à être attentif  si vous vous  suggérez d’essayer alors que vous êtes déjà en possession des moyens nécessaires pour accomplir l’objectif donné.

Ayez confiance en votre confiance.

Souvenez-vous : Le cerveau n’aime pas le doute. Et la confiance non plus !

Je constate aussi que “l’idée d’essayer” est présente dans la plupart des propos de mes clients. Ils m’exposent les difficultés, leur manque de confiance, et nous co-créons ensemble des perspectives pour s’orienter vers une solution. Parfois, il y a de nouvelles données a expérimenter. Il va falloir “essayer” quelque chose de nouveau. Cependant, nous faisons souvent appel à des ressources déjà existantes, exploitées dans un autre contexte.

Alors, quand le client me dit “Je vais essayer de” je lui réponds : N’essaie pas, fais-le, puisque tu sais déjà le faire.

Mais à bien considérer tout cela, il est fort possible que de se dire qu’on va essayer soit aussi rassurant pour la confiance. Quel paradoxe avec mon propos précédent ! En fait, j’observe que, pour certaines personnes, formuler “je vais essayer” leur donne la permission de ne pas y arriver. Ce qui revient à se dire :  “j’ai le droit de rater”. Mais cette stratégie mentale est illusoire.

Car que vous tentiez quelque chose pour la première fois ou que vous la fassiez pour la centième fois, vous avez toujours le droit de faire une erreur. Si vous êtes intraitables avec vous même, ou si votre enseignant l’est avec vous, vous ne pouvez pas gagner en confiance. On ne peut pas devenir plus confiant si la relation à l’erreur est basée sur l’intransigeance.

En préparation mentale, on est très attentif à la manière que le client a de formuler sa réalité. Notamment dans sa relation à l’erreur.

Nul n’est infaillible. Alors, faites vos prochaines actions en vous disant “je vais le faire” et soyez indulgent avec l’erreur possible, et expérimentez l’effet que cela produira sur votre confiance.


Recherches similaires pour cet article : Avoir confiance en soi

  • comment avoir confiance en soi
  • je n’ai pas confiance en moi
  • j’ai le trac
  • confiance et stress
  • peur de ne pas réussir
  • je ne suis pas capable
  • être performant
  • je suis perfectionniste
  • droit à l’erreur
  • réussir en compétition

Perfectionnisme du sportif et du musicien

Perfectionnisme du sportif et du musicien – Un défaut ou une qualité ? Pas toujours évident d’évaluer à quel moment le mieux est l’ennemi du bien. La plupart des perfectionnistes ne sont jamais satisfaits de leur travail et encore moins de leurs résultats. Qu’ils soient sportifs, musiciens ou autres, ils travaillent sans relâche dans le but de faire mieux et d’atteindre l’excellence.

Comment reconnait-on un perfectionniste ?

J’ai observé que la plupart des perfectionnistes ne se qualifient pas ainsi d’eux-mêmes. Comme ils sont en quête d’excellence, ils n’ont pas toujours conscience d’être en quête perpétuelle de perfection. De leur point de vue, ils cherchent juste à faire mieux. Mais ce “mieux” est souvent difficile à atteindre. Comme la perfection recherchée n’est pas clairement identifiée, elle prend une forme irréaliste.

Le perfectionniste est rigoureux. Il s’impose une discipline de travail sévère et excessive. Bien souvent, il ne sait pas se donner de limites dans ses entrainements ou ses répétitions. De ce fait, c’est la fatigue physique et mentale qui donnent l’ordre d’arrêter la session. Bien qu’il fournisse de longues heures d’effort, le perfectionniste est rarement satisfait de ce qu’il produit. Il est obnubilé par les corrections à apporter et cherche continuellement à parfaire sa technique.

Un sentiment de travail inachevé

En conséquence, il en résulte un sentiment récurrent de travail inachevé. Parfois, il se sent découragé. En quelque sorte, il se fatigue lui-même. Cette course à la perfection génère des périodes de  doutes et de perte de confiance. Pouvant porter préjudice à sa productivité et son efficacité personnelle comme le précise cet article. Le profil du perfectionniste est également très reconnaissable dans sa relation à l’erreur.

En effet, la moindre erreur est vécue comme une tragédie. Il ne se donne pas le droit d’en faire. Dans ces conditions, difficile de mener un entrainement dans de bonnes dispositions. Pourtant, la période d’entrainement est propice pour faire preuve d’indulgence face aux erreurs et aux imperfections afin de progresser dans la confiance.

Préparer un évènement majeur

On apprend de ses erreurs. Surtout quand on est en quête d’excellence pour préparer une compétition ou une auditionLa préparation mentale d’un événement majeur est déjà suffisamment empreinte de pression, inutile d’ajouter une dose supplémentaire avec un besoin de perfectionnisme insatiable.

Perfectionnisme du sportif et du musicien : Mémoire d'un perfectionniste par Jonny Wilkinson

Modérer la perfection en se fixant des objectifs

J’insiste très souvent sur ce point : Se fixer des objectifs est un des remèdes le plus efficace qui soit pour réduire beaucoup de problèmes vécus par les athlètes et les musiciens de haut niveau. Effectivement, quand vous envisagez de vous arrêter de travailler que lorsque “tout sera parfait”, quel sera le bon moment pour stopper l’entrainement ? Seuls les signes d’épuisement vous arrêteront.

Comme vous placez “le niveau de la barre” trop haut, elle est hors d’atteinte. C’est épuisant et peu rassurant. De plus, vous risquez d’être contre-productif en accumulant les imperfections !

Par votre acharnement, vous générez une fatigue supplémentaire qui vous prive d’un élément essentiel à votre bonne performance : Le plaisir. A la longue, ceci aura un effet préjudiciable sur votre estime de vous-même. Vous vous évaluerez comme insuffisant et imparfait. Si le baromètre de la valeur que vous vous donnez est exclusivement en lien avec l’atteinte de la perfection, vous risquez de ne jamais connaitre votre vrai valeur.

Optimiser votre performance

Vous l’avez compris, pour optimiser votre performance vous devez limiter votre tendance à vouloir tout faire dans la perfection. A moins que vous ayez une représentation claire et vivante de celle-ci. Si ce n’est pas le cas, vous courez après un idéal qui n’existe pas. Ayez confiance que la rigueur et la persévérance dont vous faites preuve vous garantit un chemin vers l’excellence. Ne soyez pas contre-productif en vous donnant des objectifs hors d’atteinte.

Parfaire sa technique plutôt que de la vouloir parfaite

Le perfectionniste a beaucoup de qualités : Consciencieux, pugnace, endurant et fortement impliqué dans la réalisation de ses ambitions. Probablement que vous vous reconnaissez dans ce profil. Son défaut majeur est d’être dans l’incapacité de ressentir de la satisfaction afin réduire un peu sa charge de travail. Or, l’insatisfaction doit rester une force ; un moyen de faire mieux et de continuer de progresser.

Donc, il est absolument nécéssaire de se fixer des objectifs clairs et atteignables à chaque entrainement ou répétition. Puisque vous avez un besoin vital d’être en évolution permanente, donnez vous des critères précis d’axes de progression. Par exemple en notant au préalable le progrès que vous souhaitez faire à chaque session. Vérifiez bien que ce progrès est réalisable, placez la barre haute, mais pas trop !

Pour toutes ces raisons, mettez vous au défi d’apprendre à gérer votre perfectionnisme en commençant une nouvelle manière d’aborder votre travail. Vous en tirerez profit sur le plan physique, mental, émotionnel et votre technique continuera à viser l’excellence


Recherches similaires pour cet article : Perfectionnisme du sportif et du musicien

  • Perfectionnisme du sportif et du musicien professionnel
  • Conseils pour perfectionnisme du sportif et du musicien
  • Coaching pour musicien
  • Le stress de la perfection
Préparation mentale et imagerie mentale

L’imagerie mentale pour mieux se préparer mentalement

Exercice d’imagerie mentale pour se préparer mentalement- Que vous soyez athlète ou musicien, l’imagerie mentale apporte un précieux soutien à l’exécution d’un geste ou à la gestion émotionnelle d’un événement. Le cerveau fait peu de différence entre l’imaginaire et la réalité et considère comme vrai une action simulée mentalement. De ce fait, créer des images et pratiquer la visualisation est un atout majeur pour optimiser sa préparation.

Exercice d’imagerie mentale au service de la performance

Quand un athlète ou un musicien est en état de stress par rapport à un événement, il a tendance à se focaliser sur une ou plusieurs idées inappropriées au bon fonctionnement de sa performance. Un fait que je constate régulièrement lors de mes accompagnements.

La plupart des individus ont une facilité à pratiquer l’imagerie mentale spontanée dès qu’il s’agit d’envisager le pire ! Visualiser un mauvais geste, une fausse note, se voir rater, tous savent faire cela naturellement.

Exercice d'imagerie mentale : les skieurs peuvent fortement améliorer leurs performances

Souvenez-vous … cela vous est certainement arrivé, vivre un moment de stress par ce que vous avez cru à une histoire imaginaire que votre cerveau a construit.

Visualiser la situation

On a tous un jour eu peur que quelque chose de terrible soit arrivé à un proche parce qu’il n’était pas rentré à l’heure habituelle. Vous souvenez-vous des sensations que vous avez ressenti ? Vous n’avez pas rêvé ces sensations, vous avez simplement parfaitement visualisé la situation et l’avez considérée comme réelle.

Votre corps a répondu aux idées que vous aviez en tête, une sensation angoissante vous a étreint. Jusqu’à ce que la personne tant attendue vous fasse signe et vous rassure ! Procéder à de l’imagerie mentale est aussi simple que cela. Enfin presque …

Parce que dès qu’il s’agit de se voir être le meilleur, quelques freins se dressent. Il semblerait qu’il soit plus naturel de créer un scénario catastrophe que l’inverse. Le manque de confiance y est pour beaucoup. Pourtant, avec un peu d’entrainement, il est tout à fait accessible de visualiser des situations bénéfiques et vertueuses.

Pratiquer des sessions régulières

La pratique de l’imagerie mentale se produit par transfert de la modalité visuelle à la modalité proprioceptive. Le fait de se voir faire donne un flux d’informations au corps similaires à l’action réellement effectuée. Ainsi, un geste imaginé équivaut à un geste réalisé.

Pratiquer des sessions régulières d’imagerie mentale peut conséquemment aider à améliorer sa technique son habileté psychomotrice. Si vous perfectionnez un geste mentalement sa mise en action sera favorisée dans ce sens et vous permettra d’améliorer votre confiance pendant une compétition.

Les pilotes de la patrouille de France sont des experts de l’imagerie mentale.

Les pilotes de la patrouille de France sont des experts de l'imagerie mentale.

Un geste imaginé équivaut à un geste réalisé

Je vous propose d’expérimenter un premier exercice simple : Devant un miroir, regardez-vous avec neutralité, puis fermez vos yeux et gardez cette image de vous en tête. Visualisez vous ainsi quelques secondes.

Ensuite regardez vous en fronçant les sourcils, comme si vous étiez fâché. Puis, fermez vos yeux et visualisez vous ainsi encore une dizaine de secondes. Terminez le même exercice en vous souriant largement. Fermez vos yeux et maintenez l’image mentale de ce sourire plus longuement que les précédentes.

Vous pouvez constater que votre système émotionnel s’est activé selon l’humeur que vous avez simulé visuellement devant votre miroir. En terminant plus longuement par un sourire, vous avez pu enclencher un état interne plus enthousiaste.

Imaginer mentalement un geste

Expérimentez maintenant un second exercice : Asseyez vous, posez vos mains sur vos cuisses. Tapotez alternativement avec vos index et majeurs, comme si vous jouiez deux notes de piano. Stoppez le mouvement réel et continuez de le réaliser mentalement les yeux fermés. Recommencez l’expérience jusqu’à ce que vous ressentiez l’influx nerveux dans vos doigts. Constatez-vous qu’ils ont réellement envie de bouger ?

En conclusion, imaginer mentalement un geste ou une sensation enclenche des sensations physiques correspondantes. Les pilotes de la patrouille de France sont des experts de l’imagerie mentale.

Ils appellent cela “la musique”. Grâce à la visualisation, ils répètent scrupuleusement les figures et voltiges qu’ils effectueront dans les airs :

Lors d’un processus de préparation mentale, on procède à un état des lieux de tous les états internes et de gestes techniques qui demandent à être améliorés. Dans la mise en place du processus d’amélioration, on intègre la technique d’imagerie mentale. Ainsi, la visualisation permet au cerveau de programmer des informations vivantes nécessaires à la performance.

A lire aussi : définition de l’imagerie mentale sur Wikipedia

L’athlète et la confiance en soi

Améliorer sa confiance pendant une compétition – Bien souvent, les athlètes me disent que ce qui leur manque, c’est d’avoir confiance en eux. Effectivement, se sentir confiant est l’élément indispensable pour gagner des matchs et des compétitions. Se sentir confiant, c’est avant tout croire en ses capacités. Croire qu’on peut le faire et donc qu’on va le faire. La confiance en soi donne l’élan d’aborder le challenge dans un état d’esprit optimiste.

Confiance en soi et sport

La confiance en soi dans le sport est intrinsèquement liée aux croyances. Elle est le reflet d’un sentiment de sécurité par rapport à ses propres capacités. Avoir confiance en soi et en ses possibilités d’aborder le challenge passe par une analyse et une validation des savoir-faire et savoir-être.

Si vous croyez que vous n’êtes pas capable d’affronter un adversaire ou d’avoir une chance de gagner une compétition, vos probabilités de réussite seront amoindries. En effet, il est primordial de connaitre et de reconnaitre ses points forts, ses atouts et son unicité. Beaucoup d’athlètes ne reconnaissent pas leurs points forts, il sont axés sur leurs points faibles.

Bien souvent, il y a un écart entre ce que l’entraineur sait du joueur et en ce que le joueur croit de lui-même. Le comble, c’est que le joueur est tellement persuadé de ce qu’il croit de lui-même qu’il ne donne quasiment pas de valeur aux avis positifs  venant de l’extérieur.

C’est principalement ce que l’athlète croit de lui-même qu’il emportera en compétition.

Améliorer sa confiance en validant ses points forts 

Je me souviens d’une séance faite avec un joueur de tennis. Je lui ai proposé de remplir un “état des lieux” de ses savoir-faire techniques, physiques, tactiques et de mentionner ses points forts.

Il m’a rendu une page quasi blanche ! A croire qu’il débutait le tennis. Il avait quand même mentionné un point fort : Son service.

Par conséquent, j’ai demandé à son entraineur de bien vouloir remplir l’état des lieux également. En résumé, il avait validé une multitude de points de savoir-faire et m’a précisé qu’il n’y avait quasiment aucun coups que ce joueur ne savait faire. Qu’il était techniquement excellent. En revanche, il avait noté un gros point faible : La tactique.

Il m’a expliqué que ce joueur ne mettait aucune tactique en place lors des matchs et qu’il laissait ses adversaires prendre le dessus et dicter le jeu.

Mais à bien considérer les choses, comment mettre en place une tactique quand on n’a pas confiance en ses capacités ? Un joueur de tennis peut prendre le lead en décidant d’insister sur tel coup dans telle zone, mais encore faut-il qu’il ait confiance en ses coups et en sa capacité d’appliquer sa tactique.

Améliorer sa confiance et pouvoir se dire “je peux gagner”

Pour bien pratiquer son sport, il suffit de s’entrainer et d’y prendre plaisir. Par contre, pour gagner des matchs, il faut avoir en plus une bonne dose de confiance en sa technique et en son physique. Il faut pouvoir se dire “je peux gagner”.

Les perfectionnistes ont tendance à manquer de confiance, parce qu’ils valident trop rarement leurs savoir-faire. Ils ont une idée fixe : “je peux mieux faire”. Cet état d’esprit est utile à une progression constante mais peut se révéler contre productif lors des matchs et compétitions.

Stefanos Tsitsipas témoigne qu’il a gagné en confiance :

« Il y a un an, j’étais plus comme un enfant qui essayait de prendre de la confiance en essayant certaines choses sur le court »

“Je  pense aussi que je suis plus certain de moi-même. Je doute moins. J’espère désormais pouvoir améliorer mon niveau et avancer.

L’article complet de l’Equipe :

https://www.lequipe.fr/Tennis/Actualites/Stefanos-tsitsipas-apres-son-succes-au-premier-tour-a-l-open-d-australie-je-me-sens-plus-mature/1100657

Confiance en soi ou estime de soi ?

La confiance en soi en compétition est directement liée à la notion de capacités et de compétences alors que l’estime de soi est en lien avec la notion de légitimité et d’aptitude à la considération personnelle.

La confiance en soi est souvent contextualisée. En effet, on peut tout à fait être très confiant(e) dans un domaine spécifique et beaucoup moins, voire pas du tout dans un autre. Alors que l’estime de soi influence l’auto évaluation qu’on se donne dans presque tous les domaines.

C’est pourquoi, lors d’un accompagnement, je ne choisirai pas le même chemin pour améliorer la confiance en soi que l’estime de soi.

améliorer sa confiance en compétition

Victoire et défaite

La confiance vient avec les victoires et s’amenuise avec les défaites, c’est une réalité.

La victoire donne un état interne de joie et de puissance, elle vient valider le sentiment que l’athlète a bien les ressources et les capacités pour gagner. Contrairement à la défaite qui procure un état de tristesse, de frustration et de doutes qui faire croire à l’athlète qu’il n’a pas les ressources et les capacités pour gagner.

Bien sur qu’il est bien plus gratifiant de gagner une compétition que de la perdre, mais en aucun cas les victoires et les défaites ne doivent être le seul marqueur de validation des capacités et des compétences. Sinon, la confiance en soi sera toujours ballotée et dépendante du résultat final.

En ce qui me concerne, lors des séances de préparation mentale, j’axe mon travail pour créer un équilibre de perception entre les victoires et les défaites. La victoire est porteuse d’énergie positive et la défaite est porteuse d’informations précieuses pour que le sportif puisse faire évoluer son savoir-faire et son savoir-être. On fait cela lors des feedback afin d’améliorer la confiance pour la prochaine compétition.

Il faut radicalement transformer sa relation à l’échec jusqu’à croire très sincèrement qu’il n’existe pas.

 

Etat de flow

Etre dans le flow : L’état de grâce absolu

Etat de flow – Le flow, appelé aussi “la zone”, est un état quasi extatique recherché par tous les joueurs, quelque soit leur discipline. L’avoir vécu une fois, c’est vouloir le revivre à nouveau. Cet état de grâce procure un tel sentiment de toute puissance et de fluidité qu’il devient un état de référence recherché pour tous les joueurs qui l’ont vécu. Mais attention, chercher à reproduire le flow est impossible, car le vouloir c’est déjà le perdre. Effectivement, le flow ne s’obtient pas sur commande. Il s’invite comme par magie et disparait discrètement sans laisser de mode d’emploi. Toutefois, il est possible d’axer sa préparation afin de favoriser son apparition.

Il n’y a pas d’actions plus optimales que celles effectuées dans le flow.

Etat de flow : Quelles sensations ?

Accomplir un geste très difficile avec facilité et se sentir des ailes. Ainsi que bénéficier d’une super intelligence qui transmet au corps et à l’esprit la technique et la tactique idéale. Avoir un sentiment de toute puissance et d’invincibilité. Jouer dans l’équilibre parfait entre la tension et le relâchement. Ressentir une pure présence à soi-même. L’état de flow laisse un souvenir formidable. L’avoir vécu, c’est vouloir le revivre absolument.

Etre là sans être là, telle est la promesse du flow. Comme le témoigne Pelé dans cet article du nouvel Obs:  “J’ai ressenti un étrange calme, une sorte d’euphorie”

L’article souligne également : “Paradoxe : si ‘la zone’ est un état de contrôle, elle est aussi vécue comme un état second“.

https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-sport/20120323.RUE8704/la-zone-le-mysterieux-etat-second-dont-revent-les-sportifs.html

Ingrédients essentiels à l’état de flow

Bien qu’il soit impossible de le provoquer intentionnellement , il y a des ingrédients essentiels pour favoriser son apparition. Le flow est un état naturel qui a besoin de la présence des  conditions suivantes :

  • L’enjeu : Le flow se manifeste principalement dans les situations de défi. En effet, il faut une dose  suffisante d’excitation pour que l’envie de relever le défi soit motivante pour le corps et le système cognitif.
  • La confiance : Pour que l’envie de relever le défi soit activé positivement, il faut croire en ses capacités de pouvoir le faire. La confiance en soi est en partie liée aux capacités. Si l’enjeu est trop grand et hors d’atteinte, le flow ne pourra pas se manifester.
  • La concentration : Le flow ne se manifestera pas si vous êtes dans un état d’esprit dispersé. Il lui faut une attention accrue dans l’action. Rien d’autre à faire que de faire ce qui est à faire là, maintenant. L’
  • Le moment présent : Quand l’attention est focus sur l’action, il en résulte une immersion totale dans l’instant. Le passé n’existe plus, le futur n’existe pas. Pas de diversion mentale sur ce qui s’est passé ni sur ce qui va se passer. L’esprit est libre, il peut se focaliser à 100% sur l’action seconde après seconde.

Eckhart Tolle,  conférencier spécialiste dans ce domaine a écrit un livre sur “les pouvoirs du moment présent”. A la seule lecture de ce bouquin, on comprend tous les trésors qui se cachent derrière l’aptitude à rester focus à chaque instant.

Eckhart Tolle, écrivain et conférencier spécialiste du moment présent.

Relâchement et alignement

  • Le relâchement : Fournir un maximum d’intensité avec un maximum de lâcher prise. Le corps a en lui toutes les ressources pour être en état de tension ET en état de relâchement. L’équilibre entre la force et le relâchement est primordial pour favoriser le flow. Un corps trop tendu génère des crispations inutiles à l’action et un corps trop relâché ne fournira pas le dynamisme requis pour relever le défi annoncé.
  • L’alignement corps/esprit : Le corps et l’esprit ne font plus qu’un. Ils sont à l’unisson. Ils sont parfaitement alignés et sont en communion absolue. Cette communion s’étend à l’instrument utilisé.

Par exemple, les pilotes automobiles témoignent qu’ils ne font plus qu’un avec la voiture. Les joueurs de tennis ressentent leur raquette comme une extension de leur bras. Les skieurs ont la sensation de glisser par eux mêmes comme si leurs skis faisaient partie d’eux …

Quand faire et être ne font plus qu’un, l’état de pure conscience se manifeste.

Le joueur ne pense plus à sa technique, il EST sa technique, ainsi, le corps est en mode automatique, l’esprit vit un état de pure conscience. L’action est juste parfaite. Le flow est là. L’environnement est également aligné au corps et à l’esprit, c’est comme si l’athlète devenait un grand tout et ne faisait plus qu’un avec tout ce qui l’entoure.

Le plaisir du jeu dans l’action

  • Le plaisir est le moteur de tous les ingrédients énumérés ci-dessus.

C’est pourquoi rien ne pourrait se manifester sans le plaisir.

En premier lieu, pour relever un défi, il faut qu’il y ait plaisir à se lancer. Pour avoir confiance en ses capacités, il faut qu’il y ait plaisir à les exploiter. Afin de rester concentré, il faut qu’il y ait plaisir à effectuer l’action. Pour jouer relâché, il faut qu’il y ait plaisir à jouer etc … C’est pourquoi on axera la préparation mentale sur la mise en place de tous ces ingrédients essentiels à l’état de flow.

Etat de flow. Surfer sur la vague.

Connaissez quelqu’un qui est entré dans le flow et à vécu un état de grâce en faisant quelque chose qui ne lui procurait aucun plaisir ?

Tous ces ingrédients sont essentiels à l’apparition de l’état de grâce.

Quand on est dans le flow, le temps devient intemporel. Et pendant ce temps, le joueur fait parfaitement ce qu’il a à faire, totalement conscient que c’est lui le fait, avec le sentiment de ne rien faire.

De quoi rêver non ? …

En résumé, pour se donner plus de chance d’atteindre l’état de flow, il faudra un accompagnement spécifique de préparation mentale.


Recherches similaires pour cet article : état de flow

  • état de concentration maximale
  • état de grâce
  • Jouer dans la zone
  • action optimale
  • confiance dans le sport
  • atteindre le flow
  • comprendre le flow
  • optimiser son jeu
  • relâchement dans l’effort
  • optimisation potentiel
  • état de flow

La concentration mentale passe par la fixation d’objectifs

La concentration mentale – Pour être performant, il faut être concentré pendant l’action. Mais comment obtenir une bonne concentration qui dure ? La concentration mentale peut demander un effort parfois impossible à fournir pour le mental. Pour faciliter l’effort de concentration, il faudra donner des objectifs au cerveau. Plus vous lui préciserez sur quoi porter son attention, plus vous favoriserez l’accès à une bonne concentration.

Fixer son attention pour mieux se concentrer

Vous voulez pratiquer votre discipline dans des conditions optimales ? Alors, votre action aura nécessairement besoin de concentration. La concentration est l’ingrédient majeur pour faire un geste juste et constant. Bien souvent, les clients que j’accompagne croient qu’ils manquent de confiance, alors qu’ils manquent surtout de concentration. Ou devrais-je dire qu’ils manquent de concentration efficiente, car la plupart sont concentrés sur ce qui ne fonctionne pas et parfois de manière relativement constante.

Parce que leur attention est mal dirigée. La confiance n’interagit pas bien avec la peur et le doute. Si vous maintenez votre concentration sur ce qui ne fonctionne pas, vous pouvez faire l’inverse. D’où l’utilité primordiale de vous fixer des objectifs. Les objectifs permettent à l’esprit de garder le focus et de donner une direction à l’attention. C’est pourquoi j’utilise systématiquement la fixation d’objectifs lors de mes accompagnements.

La concentration se développe en fixant des objectifs techniques et comportementaux lors des entrainements. Par conséquent, vous devez inclure au minimum un objectif précis à votre routine. Le mental s’habitue à rester fixé sur un objectif précis un laps de temps, la concentration se muscle.

La concentration se développe en fixant des objectifs techniques et comportementaux lors des entrainements.

 

La concentration mentale

L’esprit se disperse facilement. Les pensées se chassent les unes les autres. D’après vous, combien de pensées qui vous passent par la tête sont choisies par vous ?

Si vous procédiez à un décompte de vos pensées pendant dix minutes, vous seriez surpris de la volatilité constante de celles-ci. De plus, vous seriez certainement étonné de constater leur inutilité. Tentez de choisir ce à quoi vous allez penser les dix prochaines minutes … vous allez réaliser que c’est un exercice compliqué à mettre en pratique ! La demande est très ambitieuse pour l’esprit. En réalité, il faut s’entrainer avec régularité pour obtenir de soi de maitriser partiellement son mental.

Fixez vous des objectifs pour muscler votre concentration

Vous en retirerez de nombreux bénéfices. Non seulement vous allez muscler votre concentration, mais vous permettrez également à votre technique de progresser davantage. Vous allez ajouter une vertu à votre entrainement habituel : L’intention mentale va venir en soutien du geste technique.

Parce qu’en imposant un objectif précis au mental, vous obtiendrez un état interne correspondant. Cet état interne se manifeste sous différentes formes : Emotions, sentiments, feelings, sensations, sensations de sentiments …

Adopter un esprit de gagnant ou de perdant, c’est vous qui choisissez

Si vous ne posez pas d’objectifs au départ, vous donnerez à votre mental le champ libre pour focaliser sur tout et n’importe quoi. Vous le laisserez prendre en grippe un geste mal effectué, une fausse note, un millième de seconde perdu et porter son attention sur ce détail. L’action va être parasitée par ce focus. De plus, elle se retrouvera coupée du moment présent. Comment continuer à produire une action juste si l’esprit est concentré sur ce qui s’est mal passé quelques secondes voire minutes auparavant ?

Voici quelques petits exercices simples proposés dans cet article de l’express. Faites l’essai. Evaluez votre concentration et votre aptitude à rester dans le moment présent. Je vous conseille d’expérimenter en priorité la respiration, fixer un objet, isoler à l’oreille chaque instrument à l’écoute d’un morceau de musique.

A lire aussi : neuf exercices pour améliorer sa concentration au travail sur le site Express

Constatez vous l’embarras mental que cela procure de rester concentré sur des petites choses confortablement installé chez soi ? Alors que rester concentré sur ses objectifs lors des grand événements est bien plus périlleux. Parce que, l’enjeu, les émotions et la pression sont décuplés.

L’esprit est volatile, il faut lui appendre à fixer son attention

Certes, ces petits exercices de concentration mentale ne procurent pas de difficultés majeures lorsqu’on a atteint un très bon niveau de pratique. Le mental à atteint lui aussi un haut niveau d’attention soutenue.

Mais lors du Jour J quand les émotions fortes se manifestent, la pression s’ajoute et perturbe le mental. Il va se produire un détournement d’attention. La fixation d’objectifs sera mise à mal. Le mental va diriger son focus sur ce qui l’inquiète avec des pensées plus ou moins anxieuses sous forme de questions ou d’affirmations.

“Vais-je y arriver, je ne vais pas y arriver, je ne suis pas prêt, et si je déçois tout le monde, et si je fais une erreur, ne fais pas d’erreur, les autres sont meilleurs que moi, suis-je à la hauteur ?”

 

Le mental va diriger son focus sur ce qui l'inquiète avec des pensées plus ou moins anxieuses sous forme de questions ou d'affirmations

 

Pour toutes ces raisons, les trainings de concentration par la fixation d’objectifs sont inclus dans la préparation spécifique de l’athlète ou du musicien. Les exercices de focus d’attention sont progressivement plus longs et plus corsés pour renforcer les capacités à résister à de grandes pressions psychologiques.

Les objectifs imposés au système de concentration sont de plus en plus exigeants et demandent au mental une attention toujours plus soutenue. Ainsi, l’excellence mentale s’allie à l’excellence technique.

Le training mental et la fixation d’objectifs sont les outils principaux que j’utilise pour booster la capacité à se concentrer.

 


Recherches connexes pour : “La concentration mentale”

  • Conseils de coach mental pour se concentrer
  • La concentration mentale focus objectifs
  • Comment mieux se concentrer
  • Fixation d’objectifs avec un coach de performance
  • Conseils pratique pour garder sa concentration
  • Exercices pour la concentration mentale
  • Améliorer sa concentration en sport
  • Attention et concentration pendant une compétition
  • Comment avoir une meilleure concentration mentale ?
  • Mobilier ses facultés mentales
  • La concentration mentale pour conserver le focus
gérer son trac et avoir confiance

Comment gérer son trac et avoir confiance en soi

La confiance s'obtient en adoptant quelques principes qui ont pour effet de la développer. Savoir se contenter en fait partie. …

muscler sa concentration pour gérer la pression

Muscler sa concentration

En yoga, il existe un principe nommé Dharana qui fait écho à une pratique que j'utilise lors de mes accompagnements : …

avoir-confiance-en-ses-capacites

Avoir confiance en soi et ses capacités

Avoir confiance en soi – La quête tant convoitée des athlètes et des musiciens. J’aimerais aborder un sujet …